2012


Lauréats de bourses de postdoctorat
 
Ngan Lam
Lawson Health Research Institute
Superviseur : Amit Garg


BOURSE DE POSTDOCTORAT KRESCENT 2012-2015

La Dre Ngan Lam terminera sa bourse de recherche postdoctorale sous la supervision du Dr Amit Garg, au London Health Sciences Centre, où elle étudiera comment prévenir une lésion rénale chez les patients recevant des médicaments antiviraux pour les infections herpétiques. La Dre Lam a obtenu son diplôme en médecine à l’Université de Toronto et travaille actuellement afin d’obtenir une maîtrise en épidémiologie clinique et en biostatistiques à l’Université Western.

Le zona, un type d’herpès, est une maladie qui se présente par des lésions ou des éruptions cutanées douloureuses causées par le virus de la varicelle et courant chez les personnes âgées. Bien qu’il soit un traitement efficace du zona, l’acyclovir peut former des cristaux dans les reins et faire obstacle à la fonction rénale. Le famciclovir quant à lui, semblable à l’acyclovir dans son mode de traitement, ne semble pas avoir les mêmes effets dommageables sur les reins. Le but de la recherche de la Dre Lam est d’étudier le risque de lésion rénale causée par certains médicaments utilisés pour traiter le zona en observant tous les patients âgées de l’Ontario ayant reçu une ordonnance pour ces médicaments.

Elle cherchera à comprendre l’étendue de ce problème et comment le risque de l’acyclovir se compare à celui du famciclovir. Il s’agit d’un secteur de recherche important, car étant donné que le nombre de personnes de 65 ans et plus atteindra près de 6 millions au Canada d’ici 2016, plus de 126 000 personnes recevront un traitement au moyen de ces médicaments chaque année. Ces résultats informeront davantage les médecins et leurs patients des facteurs de risques associés à l’acyclovir. Cette connaissance pourrait aider à prévenir une lésion rénale à l’avenir, où les médecins choisiront de surveiller leurs patients de plus près ou d’utiliser d’autres médicaments.

.

Chris Wiebe, M.D.
Université du Manitoba
Superviseur: Peter Nickerson

BOURSE DE POSTDOCTORAT KRESCENT 2012-2014

Le Dr Wiebe effectuera son programme de bourse de recherche postdoctorale sous la supervision du Dr Peter Nickerson à l’Université du Manitoba, où il étudiera la corrélation entre les cibles immunitaires et le développement de nouveaux anticorps donateurs suivant une greffe du rein. Dans le cadre de sa bourse de recherche postdoctorale, le Dr Chris Wiebe poursuivra un programme de maîtrise à l’Université du Manitoba. Il a reçu son diplôme en médecine de l’Université du Manitoba.

Une transplantation du rein est actuellement la meilleure option pour les patients atteints d’une insuffisance rénale. Malheureusement, pour nombre de patients, la réussite à long terme d’une transplantation rénale est écourtée parce que le système immunitaire du greffé attaque le rein du donneur. Au cours des dernières années, les scientifiques ont découvert que l’un des plus importants prédicteurs d’une transplantation rénale non réussie est le développement d’anticorps, une protéine produite par le système immunitaire du corps lorsqu’il décèle des substances nocives ou considère par erreur qu’un tissu sain est une substance nocive.

Le projet du Dr Wiebe vise à déterminer quelles cibles particulières déclenchent une attaque immunitaire sur le rein du donneur en comparant les cibles des greffés qui développent des anticorps avec celles des patients qui n’en n‘ont développé aucun.

 Les résultats permettront aux médecins d’éviter ces cibles, favorisant ainsi une meilleure transplantation rénale ayant une plus longue espérance de vie, et de comprendre les cibles les plus importantes pouvant les aider à décider quels patients bénéficieront tout probablement d’une réduction de leurs médicaments immunodépresseurs.

 


Lauréats des bourses de nouveaux chercheurs
 
  Sacha De Serres, M.D.
Université Laval

BOURSE NOUVEAU CHERCHEUR KRESCENT 2012-2015
Cofinancée par le FRQS

SOUTIEN À L’INFRASTRUCTURE KRESCENT 2012-2013

Le Dr Sacha De Serres est chercheur à l’Université Laval (à Québec). Il a obtenu son diplôme en médecine à l’Université de Montréal et suivi une formation en médecine interne et en néphrologie à l’Université Laval. Il a ensuite obtenu une bourse de recherche postdoctorale KRESCENT en immunologie de la transplantation à la Brigham and Women’s Hospital, à l’université Harvard (Boston, Mass.), au laboratoire du Dr Nader Najafian. La recherche du Dr De Serres se concentre sur le rôle du système immunitaire lors d’une transplantation.

Sa recherche vise à étudier le rôle des monocytes, une population particulière des globules blancs, lors du rejet d’un organe. Plus précisément, le Dr De Serres tient à déchiffrer quand et comment ces cellules sont innervées à la suite d’une greffe du rein, comment elles interagissent avec d’autres composants du système immunitaire, et à mieux comprendre l’effet qu’elles ont sur le rein transplanté. Ces cellules sont fascinantes : elles peuvent soit réparer ou endommager le rein, selon la condition biologique. Bien que leurs répercussions sur la transplantation rénale ne sont pas encore clairement définies, on constate de plus en plus qu’elles jouent un rôle prédominant à déterminer le sort du greffon.

 Le Dr De Serres espère que ces connaissances contribueront à individualiser les thérapies immunosuppressive et, ainsi, réduire les effets secondaires des médicaments antirejet. Elles aideront également à concevoir de meilleurs traitements de rejets chroniques, ce qui accroîtra en fin de compte l’espérance de vie des reins greffés. Ces outils se révéleront peut-être avantageux non seulement pour les greffés du rein, mais également pour les récipiendaires d’autres organes.

 




 
Matthew James, M.D.
Université de Calgary

BOURSE NOUVEAU CHERCHEUR KRESCENT 2012-2015

SOUTIEN À L’INFRASTRUCTURE KRESCENT 2012-2013

Le Dr Matthew James est un nouveau chercheur à l’Université de Calgary. Il a obtenu son diplôme en médecine à l’université de la Colombie-Britannique, et une bourse de recherche postdoctorale KRESCENT en recherche clinique dans le domaine de la néphrologie avec la Dre Brenda Hemmelgarn, à l’Université de Calgary, où il a obtenu son doctorat en recherche sur les services de santé et en épidémiologie.

Le Dr James a pour but de trouver de nouvelles façons de réduire la fréquence des lésions rénales aiguës (LRA) et d’améliorer les résultats de patients ayant une LRA au Canada. Les LRA sont courantes chez les patients qui subissent une chirurgie et certaines procédures d’imagerie diagnostique, et sont associées à des complications graves, incluant le besoin de dialyse. Elles peuvent souvent être évitées grâce à de bons soins médicaux, et une détection précoce peut améliorer ses conséquences.

La recherche du Dr James fournira des précieuses données pour les patients et les fournisseurs de soins de santé; elle sera axée sur l’amélioration de la santé de la population, la recherche sur les services de santé, et l’utilisation des connaissances cliniques dans ces domaines des LRA. Dans le cadre de sa recherche, il montera également une nouvelle banque de données qui soutiendra la recherche soutenue sur les LRA.

Les résultats découlant de sa recherche contribueront à la conception de nouvelles interventions visant à améliorer les résultats indésirables en milieu hospitalier associés aux lésions rénales aiguës au Canada.

 


 
Sandra Turcotte, Ph.D.
Université de Moncton

BOURSE NOUVEAU CHERCHEUR KRESCENT 2012-2015

SOUTIEN À L’INFRASTRUCTURE KRESCENT 2012-2013

Dre Sandra Turcotte est une nouvelle chercheure à l’Institut atlantique de recherche sur le cancer et à l’Université de Moncton. Elle a obtenu son doctorat en biochimie à l’Université du Québec à Montréal et des bourses de recherche postdoctorales à l’Université Stanford et à l’Université de Montréal.

De tous les cancers en urologie, le cancer du rein est le plus létal en raison de l’absence d’une thérapie générale pour un hypernéphrome (RCC) avancé ou métastatique. L’inactivation du gène suppresseur de tumeur von Hippel-Lindau (VHL) se produit dans 75 % des cas d’un RCC. Étant donné que le VHL joue un rôle important dans le développement précoce du RCC, cibler cette inactivation constitue une cible prometteuse dans le développement de nouvelles thérapies.

Le but de la recherche de la Dre Turcotte consiste à caractériser la fonction VHL en autophagie, un processus cellulaire, afin de développer un nouveau type de thérapie ciblée en vue de tuer les cellules VHL déficientes à titre de thérapie anti-cancer.

Les résultats peuvent mener au développement d’un nouveau type de thérapie ciblée pour le traitement d’un RCC, et sont fidèles à la mission de La Fondation canadienne du rein qui consiste à continuer de fournir et de développer le leadership en matière de santé rénale et d’améliorer la vie de tous les Canadiens touchés par une maladie rénale. 

 

 
 

 

 

The KRESCENT Program is a Strategic Training Program developed and supported by:

                                                    


With additional generous support from:

AMGEN               Baxter Corporation               Merck-Frosst Canada Ltd.             Ortho Biotech              RocheShire BioChem Inc.

© 2005 The Kidney Foundation of Canada